Da Vinci.

 Il existe un grand nombre de robots dans le monde, et le domaine de la médecine est un des plus concernés par les évolutions technologiques. On distinguera les robots en tant qu'outils chirurgicaux, et ceux d'aide au diagnostic.
La plupart des systèmes médicaux d'aide au diagnostic sont très récents, puisqu'ils ont moins de trente ans. Bon nombre de ces outils sont basés sur de l'imagerie (scanner, IRM, échographie 3D, endoscopie), et permettent aux chirurgiens d'obtenir de nouvelles informations sur les pathologies, et ce plus rapidement. Les "robots-chirurgiens", eux, aident les médecins pendant l'opération. Avant ces robots, les chirurgiens ne disposaient que de très peu d'outils, et leurs mains constituaient leurs principales alliées. En cela, la présence de plus en plus de robots dans les cliniques et hopitaux est un réel progrès. Ce n'est que depuis les années quatre-vingt-dix, que l'on remarque l'apparition d'outils bien plus évolués agissant sur le patient, pour des résultats toujours meilleurs. Des robots médicaux ont, en effet, été développés, offrant aux médecins de nouvelles perspectives, en terme de perception des pathologies, de précision dans le geste médical ou encore d'entraînement.
Ainsi, il paraît intéressant de savoir quels sont les divers robots qui existent à l'heure actuelle, et les différents projets de robots pour le futur.

 

Le concept du robot chirurgical Da Vinci a été développé dans les années 90.
Ce robot a hérité du nom de l’illustre savant car ses créateurs le considéraient comme l’Homme le plus intelligent au monde.   

Le robot Da Vinci est un robot en 2 parties :
- une console permettant au chirurgien de guider les bras mécaniques avec des sortes de joysticks
- la partie active du robot, c’est-à-dire l’ensemble des bras opérateurs situés à côté de la table d’opération. 

A partir de la console, le chirurgien commande les 3 bras opérateurs, ainsi qu’une double caméra 3D d’une précision incomparable.
Le robot en lui-même est placé juste au-dessus du patient et effectue des incisions précises, au millimètre près !

Ainsi, nous avons vu l’importance que prendront les robots dans le domaine médical. Pour comprendre cette modernisation, il faut bien avoir à l'esprit que la robotisation est récente. On peut donc attendre des améliorations qui permettraient, par exemple, l'opération à distance ou la réalisation de soins sans pratiquer d'incisions, mais uniquement grâce à l'introduction de petits robots.

L'homme est et restera pour de longues années encore le cerveau qui permettra au robot d'assister le chirurgien.
Ainsi, si la robotisation paraît géniale, elle montre malgé tout ses limites.
Les robots aideront donc bien la médecine de demain, mais ne remplaceront sans doute jamais les médecins.

 

 Prothèse de bras DEKA :

Le département américain des anciens combattants a annoncé 3 ans de plus dans le financement de la prothèse de bras DEKA (alias le bras de « Luke »). Les 18 Degrés de libertés du bras inclus des doigts motorisés et peuvent être contrôlé par l’intermédiaire d’un joystick au pied, à l’épaule, ou par des capteurs myoélectriques (des capteurs capable de capter les impulsions du cerveau via les nerfs des muscles grâce à des électrodes).

Le bras a déjà achevé deux années de période d’essai de la DARPA. Le  nom DEKA vient de « Dean Kamen » et le « Luke »  est bien sûr une référence à Star Wars. Les nouveaux travaux seront financés par le service d’aide de la prothèse et  des senseurs du département américain des anciens combattants.  Le clip vidéo ci-dessus montre le DEKA en action sous le contrôle de l’interface myoélectrique qui permet aux patients de le contrôler avec leur cerveau à l’aide de résidus de nerfs. Plutôt impressionnant.

 

Une prothèse de main bionique à l'étude :

Une prothèse de main bionique est à l'étude depuis plusieurs années déjà. Ce robot aura les mêmes capacités de pliage de chacune des phalanges qu'une main normale comme on peut le voir sur la vidéo ci-dessous :

 

De plus, par la suite, ce robot pourra être greffé directement sur les nerfs d'un patient, ce qui lui permettra de diriger directement le fonctionnement de ses "doigts", puis de ressentir les retours d'efforts ainsi que le toucher, et tout ça uniquement par la pensée... oui, vous avez bien lu, par la pensée !

Cette prouesse devient désormais réalisable grâce aux progrès réalisés dans le domaine des nanotechnologies, qui vont permettre de littéralement lier les nerfs sensitifs et les nerfs moteurs au robot ! De plus, les progrès effectués sur les capteurs tactiles vont vraiment permettre de recomposer le sens du toucher pour les personnes ! Des études restent bien évidemment encore à effectuer... ainsi que l'intégration des outils manquants !

 

Le VIROB, le micro robot du corps humain :

 

Des chercheurs israéliens du prestigieux institut technologique du Technion de Haïfa ont développé une technologie médicale révolutionnaire qui permettra désormais d’affûter les capacités de diagnostic et les procédures thérapeutiques.
Le VIROB, le robot miniature, d’une taille d’un millimètre est destiné à parcourir les voies les plus exiguës du corps humain.
Totalement autonome, le minuscule appareil fonctionne sans batteries ni moteur embarqué

 

Robot mannequin pour sage-femmes : 

Un robot a accouché d'un joli bébé robot ! Ce robot-maman simule un accouchement afin que les étudiant/e/s sages femmes puissent s'entrainer dessus. Le robot, prénommée Noelle, est une mannequin blonde simulant les signes vitaux qu'une femme prête a accoucher dégage, incluant les rejets sanguins, l'urine et ... un bébé!Même le bébé simule les signes vitaux, et peut changer de couleurs du rose au bleu pour indiquer une déficience en oxygène.

Une personne peut contrôler le robot si besoin est et ainsi faire entrer au processus d'accouchement des paramètres compliquant la tâche de ces apprenti/e/s sages-femmes.

Noëlle remplace donc Susie, ex-mannequin d'entrainement pour les sages-femmes, qui a fait un brave sevice durant 40 années.
Le robot sera utilisé dans certains hopitaux et maternités des Etats-Unis pour l'instant, et vû que le système de santé américain est
privé, le robot sera commercialisé au prix de 22 000 $.

 

 

ROSA™ : 

ROSA™ est une plateforme intégrée multi-applicative apportant une assistance fiable et précise lors de procédures neurochirurgicales. Le dispositif ROSA™ intègre sous une seule et unique plateforme : un logiciel de planification préopératoire, des fonctions de navigation, une technologie robotique à retour d’effort pour la manipulation d’instruments chirurgicaux ainsi que des fonctionnalités de visualisation avancée.

ROSA™ a été conçu pour sécuriser et fiabiliser l’intervention chirurgicale avec une technologie robotique exclusive combinée à un dispositif de mesure sans contact consacré à la localisation du patient par rapport aux données préopératoires.

 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×